Archives |

Colloques

Colloque international Marguerite Porete

MàJ : 07/09/2015

Programme

Paris, 30 mai-1er juin 2010

Image1

Lundi 31 mai

Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris

 

  • 9h 15 : Accueil des participants

  • 9h 30 : Nicole Bériou (Lyon 2, IUF et EPHE), « Introduction. »

  • 10h-13h : Contexte

  • Sylvain Piron (EHESS), « Marguerite et les maîtres : remarques sur sa culture théologique »

  • Lydia Wegener (Thomas-Institut der Universität zu Köln), « The Supposed Interrelations Between Marguerite Porete, the ‘Mirror of Simple Souls’, and Meister Eckhart – Some Remarks about the Limits of a Historiographical Concept. »

  • Olivier Boulnois (EPHE-CNRS), « Qu’est-ce que la liberté de l’esprit ? »

  • 14h-18h :  Approches philosophiques et littéraires, présidence Renate Blumenfeld-Kosinski (University of Pittsburgh).

  • Jean-René Valette (Université Bordeaux 3), « Marguerite Porete et la littérature courtoise. »

  • Camille de Villeneuve (EPHE), « Au-delà de la dette: la construction d’une réciprocité amoureuse dans le Mirouer. »

  • Andrea Robiglio (Rijksuniversiteit Groningen - GAS), « La ‘quaestio de nobilitate’ chez Marguerite Porete. »

 

Mardi 1er juin,

Amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 Bd. Raspail, 75006 Paris

 

  • 9h 30-13h : Le procès, présidence Elizabeth A.R. Brown (Brooklyn College).

  • Julien Théry (Université de Montpellier 3 – CNRS), « Philippe le Bel, la papauté et la répression des hérésies »

  • Sean Field (University of Vermont), « Guillaume de Paris’s Prosecution of Marguerite Porete »

  • Robert E. Lerner (Northwestern University), « Return to Philadelphia:  A reconsideration of Guiard of Cressonessart »

  • 14h-16h Transmission textuelle, présidence Laurence Moulinier (Lyon 2).

  • Marleen Cré (Universiteit Antwerpen), « The Mirror of Simple Souls in Middle English revisited : M.N., Walter Hilton and Julian of Norwich »

  • Dávid Falvay (ELTE, Budapest), « The Two Italian Version of the Miroir and its Hungarian Connections »

  • 16h15-18h : Table-ronde conclusive, animée par Michela Pereira (Siena).

 

Colloque organisé par Sean Field (Vermont), Robert E. Lerner (Northwestern), Elsa Marmursztejn (Reims-IUF) et Sylvain Piron (EHESS)

 

Financements : CNRS, Institut universitaire de France, Centre de recherches historiques (UMR 8558 CNRS-EHESS).

Dimanche 30 mai

 Une session sera commune au colloque à celui de la Meister-Eckhart-Gesellschaft (Treffpunkt Paris, 1310:  Marguerite Porete, Dante, Lullus, Eckhart), Maison Heinrich Heine, Cité universitaire internationale, 27C Bd Jourdan, Paris, à partir de 9h :

  • William J. Courtenay (University of Wisconsin), « Marguerite's Judges: The University of Paris in 1310 »

  • Marie-Anne Vannier (Université de Metz), « Les études eckhartiennes en France »

 

Vendredi 28 mai

Musée de Cluny, 12h30-13h30 : lecture de textes de Marguerite Porete et de Maître Eckhart par l’association ‘Sorbonne sonore’ ;  présentation par Ruedi Imbach et Sylvain Piron

 

Argument

Marguerite Porete est l’un des auteurs les plus importants du Moyen Age, mais aussi l’un des moins reconnus et des plus incompris. Tout ce que l’on connaît d’elle se résume à son livre, le Miroir des simples âmes, et à son procès, au terme duquel elle fut brûlée en place de Grève, le 1er juin 1310. Sept siècles plus tard, il est indispensable non seulement de lui rendre hommage, mais surtout de restituer la place qui est la sienne dans l’histoire de la culture médiévale. Afin de parvenir à une meilleure compréhension de cette femme hors du commun, des chercheurs internationaux de différentes disciplines (histoire, littérature et philosophie) se pencheront sur un dossier qui vient de connaître de nouvelles avancées.

Le Mirouer des simples âmes anéanties est l’un des chefs-d’œuvre de la littérature française médiévale. Sous la forme d’un dialogue entre Amour et Raison, il décrit le cheminement spirituel d’une âme qui s’anéantit en s’abandonnant totalement à Dieu, dans un état d’innocence et d’indifférence, au monde comme à elle-même. Le thème de la liberté obtenue par les âmes ainsi « affranchies » et « désencombrées d’elles-mêmes » choqua les autorités ecclésiastiques. Le livre fut tout d’abord condamné et brûlé à Valenciennes par l’évêque Gui de Cambrai, entre 1296 et 1306, et Marguerite fut sommé de cesser d’enseigner et d’écrire. Elle continua cependant à faire circuler le Miroir, en obtenant l’appui de certains prélats et théologiens. Arrêtée, elle fut remise à l’inquisiteur à Paris en 1308. Tandis qu’elle refusait de prêter serment et de parler pour sa défense, l’inquisiteur fit examiner son ouvrage par une commission de maîtres en droit canon et en théologie, qui jugèrent hérétiques plusieurs articles extraits du livre. Elle méritait donc d’être considérée comme hérétique relapse. Lors d’une dramatique cérémonie publique, elle fut remise à la justice séculière le 31 mai 1310, et le prévot de Paris la fit brûler en place de Grève le lendemain. Huit décennies après l’arrivée en France des premiers inquisiteurs, et au milieu de la campagne lancée par Philippe le Bel contre les Templiers et d’autres ennemis de la couronne, il était sans précédent qu’une femme soit brûlée pour hérésie à Paris. L’événement fit une forte impression sur les chroniqueurs contemporains, mais il avait son utilité pour les responsables ecclésiastiques. Le treizième siècle avait connu une floraison d’écrits religieux en langues vernaculaires produits par des femmes (nonnes ou béguines), mais même des auteurs controversés comme Hadewijch et Mechtild de Magdebourg avaient pu éviter de se trouver aux prises avec l’inquisition La condamnation des écrits hétérodoxes de Marguerite permirent de justifier la condamnation des béguines et de la théologie féminine, à l’occasion de plusieurs décrets pris lors du Concile de Vienne (1311-1312).

Les accusateurs de Marguerite ne parvinrent cependant pas à détruire son livre. Il continua à circuler en français et fut traduit en anglais, latin et italien au cours des siècles suivants. Le Miroir fut une lecture importante dans la mystique anglaise du Moyen Age tardif ou pour Marguerite de Navarre au XVIe siècle. Des ecclésiastiques le lirent et le commentèrent, remarquant parfois sa complexité et ses audaces, mais en le glosant de façon à faire ressortir son utilité et son intérêt pour les plus avancés spirituellement. Le nom de Marguerite fut cependant disjoint de son texte et presque oublié. Ce n’est qu’en 1965 que Romana Guarnieri édita le texte français et prouva qu’il était l’œuvre de Marguerite Porete. Depuis lors, des chercheurs en Europe et en Amérique du Nord ont soumis le Miroir à de multiples lectures, découvrant dans ce livre une combinaison remarquable d’innovation théologique, de créativité poétique et d’éloge de l’accomplissement religieux personnel hors du contrôle ecclésial. À ce jour, les approches littéraires et théologiques du texte ont  prédominé sur les approches historiques et philologiques, qui n’ont pas encore exploité l’ensemble des données concernant sa vie et sa confrontation avec les autorités. La connaissance que l’on a de l’existence de Marguerite, de la transmission de son œuvre et de son procès n’a guère progressé depuis les travaux pionniers de Robert Lerner dans les années 1970 et l’édition des pièces du procès et de la traduction latine du Miroir par Paul Verdeyen en 1986. Il y a pourtant matière à lancer de nouvelles études, dans différentes perspectives.

La découverte la plus importante de ces dernières années est dûe à Geneviève Hasenohr qui a identifié des extraits du Miroir dans un manuscrit de Valenciennes (Bibliothèque municipale, 239). Cette version paraît plus proche de l’original que l’unique manuscrit complet de la version française connu à ce jour (Chantilly, 157), lequel représente une version linguistiquement mise à jour au XVe siècle et diffusée dans la région d’Orléans. S’appuyant sur cet article, Robert Lerner a démontré que la traduction en moyen anglais est sans doute plus proche du texte original que le manuscrit de Chantilly, qui a été pour l’instant été pris comme référence par toutes les études antérieure. Cette révision doit conduire historiens et philologues à reprendre à nouveaux frais les questions de la genèse du texte, de sa tradition manuscrite et de sa réception dans les différentes langues européennes.

De même, il reste encore beaucoup à faire pour situer plus précisément Marguerite dans le contexte intellectuel de son temps. Écrit par une femme, en langue vernaculaire, sur un mode narratif et poétique et selon une logique non aristotélicienne, le Miroir est aux antipodes des canons de la théologie universitaire. L’incompréhension de la faculté de théologie était prévisible. Pourtant, certains théologiens, dont Godefroid de Fontaines, avaient auparavant donné leur approbation au texte. Une lecture minutieuse de l’œuvre, resituée dans ses contextes intellectuels pertinents, devrait permettre d’apporter de nouvelles lumières sur l’éducation littéraire, philosophique et théologique de Marguerite. Enfin, sa condamnation demande à être examinée dans le contexte des nombreux procès politiques et religieux intentés sous le règne de Philippe le Bel.

 

Bibliographie indicative des travaux sur Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes

(préparée par Sean Field et Sylvain Piron)

Arsenault, John A, « Authority, autonomy, and antinomianism: the mystical and ethical piety of Marguerite Porete in The mirror of simple souls », Studia mystica, New series, 21, 2000, p. 65-94.

Babinsky, Ellen Louise, « The use of courtly language in Le mirouer des simples ames anienties », Essays in Medieval Studies. Proceedings of the Illinois Medieval Association, 4, 1987, p. 91-106.

Bertho, Marie, Le Miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete : une vie blessée d’amour, Paris:, Larousse, 1993, 169 p.

Bérubé, Camille, « Amour de dieu chez Duns Scot, Porete, Eckhart », in Id., L’amour de Dieu. Selon Jean Duns Scot, Porète, Eckhart, Benoît de Canfield et les Capucins, Roma, Istituto storico dei Cappuccini, 1997.

Bothe, Catherine M., « Writing as mirror in the work of Marguerite Porete », Mystics quarterly, 20/3, 1994, p. 105-112.

Bussey, Francesca Caroline, ‘The World on the End of a Reed’ : Marguerite Porete and the annihilation of an identity in medieval and modern representations – a reassessment, PhD Diss., University of Sydney, 2007.

Chiti, Elisa. « ’Si cor sentit, hoc non est ipsa’. Morte dello spirito e liberazione del cuore in Margherita Porete », Micrologus: Natura, scienze e società medievali, 11, 2003 (= Il cuore/The heart), p. 305-323.

Colledge, E.  « The Latin Mirror of Simple Souls: Margarete Porette’s ultimate accolade? » in Langland, the mystics and the medieval English tradition. Essays in honour of S.S. Hussey, ed. Helen Phillips (Woodbridge, 1990), p. 177–83.

Colledge, « The New Latin Mirror of Simple Souls », Ons geestelijk erf , 63/2-4, 1989, p. 279-287.

Cré, Marleen, Vernacular mysticism in the Charterhouse: A study of London, British Library, MS Additional 37790, Turnhout, Brepols (Medieval translator, 9), 2006, 373 p.

Dronke, Peter, Women Writers. Women writers of the Middle Ages: a critical study of texts from Perpetua (d. 203) to Marguerite Porete (d. 1310), Cambridge and New York, Cambridge University Press, 1984.

Epinay Burgard, Georgette et Emilie Zum Brunn, Femmes troubadours de Dieu, Brepols, 1988.

Falvay, Dávid, « ’A lady wandering in a faraway land’. The Central European Queen/princess motif in Italian Heretical Cults », Annual of medieval studies at the CEU, 8, 2002, p. 157-179.

Falvay, « Il Libro della beata Margherita. Un documento inedito del culto di Margherita d’Ungheria in Italia nei secoli XIV e XV », Nuova corvina. Rivista di Italianistica, 5, 1999, p. 35-45.

Field, Sean L., « The Master and Marguerite : Godfrey of Fontaines’ Praise of the Mirror of Simple Souls », Journal of Modern History, 35, 2009, p. 136-149.

Field, « Annihilation and Perfection in two sermons by Gilbert of Tournai for the Translation of St. Francis », Franciscana, 1, 1999, p. 237-274.

Finke, Laurie A., « ’More than I fynde written’ : dialogue and power in the English translation of The Mirror of Simple Souls », in Mary A. Suydam and Joanna E. Ziegler, Performance and Transformation: New Approaches to Late Medieval Spirituality, Basingstoke, Macmillan, 1999, p. 47-67.

Fozzer, Giovanna, Nello specchio di Margherita, Florence, Edizioni Polistampa, 2001.

Gari, Blanca, « El camino al ‘País de la Libertad’ en El espejo de las almas simples », Duoda: Papers de treball, 9, 1995, p. 49-68.

Gari, B., « Mirarse en el espejo: difusión y recepción de un texto », Duoda: Papers de treball, 9, 1995, p. 99-117.

Gari, B., « Filosofía en vulgar y mistagogía en el Miroir de Margarita Porete » in Nadia Bray, Loris Sturlese ed., Filosofia in volgare nel Medioevo. Atti del Convegno della Società italiana per lo studio del pensiero medievale (S.I.S.P.M.), Lecce, 27-29 settembre 2002, Louvain-la-Neuve, FIDEM ((Textes et études du Moyen Age, 21), 2003, p. 133-153.

Gnädinger, Louise, « Die Lehre der Margareta Porete von der Selbst- und Gotteserkenntnis eine Annäherung », in Béatrice Acklin Zimmermann ed., Denkmodelle von Frauen im Mittelalter, Freiburg (Schweiz), Universitätsverlag (Dokimion, 15), 1994, p. 125-148.

Guarnieri, Romana, « Il Movimento del Libero Spirito », Archivio Italiano per la storia della pietà, 4, 1965, p.  351-708.

Hasenohr, Geneviève, « La tradition du Miroir des simples âmes au XVe siècle : de Marguerite Porete (†1310) à Marguerite de Navarre », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 4, 1999, p. 1347-1366.  En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1999_num_143_4_16088

Heid, Ulrich, « Studien zu Marguerite Porête und ihrem ‘Miroir des simples âmes’ », in edd. Peter Dinzelbacher, Dieter R. Bauer ed., Religiöse Frauenbewegung und mystische Frömmigkeit im Mittelalter (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, Heft 28), Köln–Wien, Böhlau Verlag, 1988, p. 185-214.

Heimerl, Theresia, Frauenmystik - Männermystik?: Gemeinsamkeiten und Unterschiede in der Darstellung von Gottes- und Menschenbild bei Meister Eckhart, Heinrich Seuse, Marguerite Porete und Mechthild von Magdeburg, Münster, LIT, 2002, 321 p.

Hogg, James, « Richard Methley’s Latin translations : The cloud of unknowing and Porete’s The mirror of simple souls », Studies in spirituality, 12, 2002, p. 82-104.

Hollywood, Amy, The Soul as Virgin Wife: Mechthild of Magdeburg, Marguerite Porete, and Meister Eckhart, Notre Dame (Ind.), University of Notre Dame Press, 1995, 331 p.

Holmes, Emily A,  « Women’s heretical spirituality: Marguerite Porete and the Guglielmites »,  Magistra 10/1, 2004, p. 72-87.

Holmes, Writing the body of Christ: Hadewijch of Brabant, Angela of Foligno, and Marguerite Porete, Phd. Diss.,  Emory University, 2008.

Kerby-Fulton, Kathryn, Books Under Suspicion. Censorship and Tolerance of Revelatory Writing in Late Medieval England, Notre Dame (Ind.), University of Notre Dame Press, 2006.

Kocher, Suzanne, Allegories of Love in Marguerite Porete’s Mirror of Simple Souls, Turnhout, Brepols (Medieval women, 17), 2008, 216 p.

Krstovic, Jelena, « Marquerite Porete c. 1250-1310 », Classical and medieval literature criticism, 73, 2005, p. 201-301.

Lachaussée, Geneviève, « L’influence du Miroir des simples âmes anéanties de Marguerite Porete sur la pensée de l’auteur anonyme du Nuage d’inconnaissance », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 64/2, 1997, p. 385-399.

Langlois, Charles Victor, « Marguerite Porete », Revue historique, 54, 1894, p. 295-299.

Largier, Niklaus, « Kritik und Lebenskunst nach Eckhart von Hochheim, Heinrich Seuse und Margareta Porète », in M. Delgado, G. Fuchs ed., Die Kirchenkritik der Mystiker. Prophetie aus Gotteserfahrung, t. 1, Fribourg, Academic Press, (2004), p. 141-155

Le Brun-Gouanvic, Claire, « Le mirouer des simples ames aneanties de Marguerite Porete (vers 1300) et le Speculum simplicium animarum (vers 1310): procès d’inquisition et traduction », in Jean-Philippe Beaulieu ed., D’une écriture à l’autre. Les femmes et la traduction sous l’Ancien Régime, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa (Regards sur la traduction), 2004, p.  81-99.

Leicht, Irene, Marguerite Porete—eine fromme Intellektuelle und die Inquisition, Freiburg, Herder, 1999.

Leicht, « Alles und Nichts: Die Radikalität der Marguerite Porete » in M. Knapp ed., Querdenker. Visionäre und Außenseiter in Philosophie und Theologie, Darmstadt, 2005, p. 117-127.

Lerner, Robert E. Heresy of the Free Spirit in the Later Middle Ages, Berkeley, University of California Press, 1972.

Lerner, « An ‘Angel of Philadelphia’ in the Reign of Philip the Fair : The Case of Guiard of Cressonessart », in William C. Jordan, Bruce McNab, and Teofilo F. Ruiz, eds., Order and Innovation in the Middle Ages: Essays in Honor of Joseph R. Strayer, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 343-364.

Lerner, « New Light on The Mirror of Simple Souls », Speculum, 85, 2010, p. 91-116.

Maguire, Joanne, « The paradox of unlikeness in Achard of St. Victor and Marguerite Porete », Magistra 4/1, 1998, p. 79-105.

Marin, Juan, « Annihilation and Deification in Beguine Theology and Marguerite Porete’s Mirror of Simple Souls », Harvard Theological Review, 103, 2010, p. 89-109.

Marx, Heidi, « Metaphors of imaging in Meister Eckhart and Marguerite Porete », Medieval perspectives, 13, 1998, p. 99-108.

McGinn, Bernard, « Evil-sounding, rash, and suspect of heresy: tensions between mysticism and magisterium in the history of the Church », Catholic Historical Review, 90, 2004, p. 193–212.

McGinn, ed., Meister Eckhart and the Beguine Mystics:  Hadewijch of Brabant, Mechthild of Magdeburg, and Marguerite Porete, New York, Continuum, 1994.

McGinn, The Flowering of Mysticism:  Men and Women in the New Mysticism—1200-1350, New York, Crossroad, 1998.

Meliadò, Mario, « La dottrina mistica della nobilità », Rivista di ascetica e mistica, 33, 2008, p. 417-461.

Mommaers, Paul, « La transformation d’amour selon Marguerite Porete », Ons geestelijk erf, 65/2-3, 1991, p 89-106.

Müller, Catherine M., Marguerite Porete et Marguerite d’Oignt de l’autre coté du miroir, Peter Lang (Currents in Comparative Romance Languages and Literatures, 72), 1999, 213 p. Müller, « La lettre et la figure : lecture allégorique du ‘Mirouer’ de Marguerite Porete dans ‘Les Prisons’ de Marguerite de Navarre », Versants, 38, 2000, p. 153-167.

Muraro, Luisa, « Margarita Porete lectora de la Bíblia sobre el tema de la salvación », Duoda. Papers de treball, 9, 1995, p. 69-80.

Muraro, « Margarita Porete y Guillerma de Bohemia: la diferencia femenina, casi una herejía », Duoda: Papers de treball, 9, 1995, p. 81-97.

Muraro,  « Le mirouer des simples ames de Marguerite Porete:  Les avatars d’un titre », Ons geestelijk erf, 70, 1996, p. 3-9.

Muraro, Lingua materna, scienza divina. Scritti sulla filosofia mistica di Margherita Porete, Napoli, D’Auria, 2005.

Newman, Barbara, « The Mirror and the Rose: Marguerite Porete’s Encounter with the Dieu d’amours » in Renate Blumenfeld-Kosinski, Duncan Robertson, and Nancy Bradley Warren, eds., The Vernacular Spirit:  Essays on Medieval Religious Literature, Palgrave, 2002, p. 105-123.

Newman, « La mystique courtoise:  Thirteenth-Century Beguines and the Art of Love », in B. Newman, From Virile Woman to WomanChrist: Studies in Medieval Religion and Literature, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1995, p. 137-167.

Orcibal, Jean, « Le Miroir des simples ames et la ‘secte’ du Libre  Esprit », Revue de l’histoire des religions, 176, 1969, p. 35-60

O’Sullivan, Robin A., « The school of love:  Marguerite Porete’s Mirror of Simple Souls », Journal of Medieval History, 32, 2006, p. 143-162.

Patschovsky, Alexander, « Freiheit der Ketzer », in Johannes Fried ed., Die abendländische Freiheit vom 10. zum 14. Jahrhundert. Der Wirkungszusammenhang von Idee und Wirklichkeit im europäischen Vergleich [Vorträge und Forschungen; Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte Band 39], , Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1991, 265-286

Paulsell, Stephanie, « Dreaming the King, writing God:  Hope, desire and Fiction in Margeurite Porete Mirror of Simple Souls », in Eric Ziolkowski ed., Literature, Religion and East/West Comparison: Essays in Honor of Anthony C. Yu, Newark, University of Delaware Press, 2005, p. 63-74.

Pereira, Michela, « Margherita Porete nello specchio degli studi recenti », Mediaevistik: Internationale Zeitschrift für interdisziplinäre Mittelalterforschung, 11, 1998, p. 71-96.

Pereira, « Fra raison e amour: Il miroir des simples âmes di Margherita Porete », Filosofia, donne, filosofie: atti del convegno internazionale: Lecce, 27-30 aprile 1992, Lecce, Milella, 1994, p. 945-962.

Randall, Catherine, « Person, place, perception : A proposal for the reading of Porete Miroir des âmes simples et anéanties », Journal of Medieval and Renaissance Studies, 25/2, 1995, p. 229-244.

Richir, Luc, Marguerite Porete, une âme au travail de l’Un, Bruxelles, Ousia, 2002.

Robiglio, Andrea A., « Dante ‘bene nato’, Guido Cavalcanti e Margherita Porete in Par. V, 115 », L’Alighieri, 26, 2005, p. 45-62.

Robinson, Joanne Maguire, Nobility and Annihilation in Marguerite Porete’s Mirror of Simple Souls, SUNY Press, 2001.

Ruh, Kurt,  « Le Miroir des simples Âmes der Marguerite Porete », Verbum et Signum, 2, 1975, p. 365-387.

Sargent, Michael G. « Le Mirouer des simples âmes and the English mystical tradition », in Kurt Ruh ed.,  Abendländische Mystik im Mittelalter. Symposion Kloster Engelberg 1984 (Germanistische Symposien Berichtsbände, 7), Stuttgart, J.B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1986, p. 443-477.

Sargent, « The Annihilation of Marguerite Porete », Viator, 28, 1997, p.  253-279.

Skårup, Povl, « La langue du ‘Miroir des simples âmes’ attribué à Marguerite Porete », Studia neophilologica, 60, 1988, p. 231-236.

Schuberth, Jennifer M., Allegories of annihilation: Porete’s ‘Mirror’ and the medieval self, Ph.D. Diss., University of Chicago, 2008.

Soletti, Maria Alessandra, « Antigoni allo specchio: la lezione d’Amore di Margherita

Porete », Storia delle donne, 4, 2008, p. 83-102.

Souillac, Geneviève, « Charisme et prophétisme féminins: Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes », Australian journal of French studies, 35/3, 1998, p.  261-278.

Spearing, A.C., « Marguerite Porete courtliness and transcendence in The Mirror of Simple Souls »,  in Carolyn Muessig and Ad Putter ed., Envisaging Heaven in the Middle Ages, London, Routledge, 2007, p. 120-136.

Stabler, Tanya, « What’s in a Name? Clerical representations of Parisian beguines (1200-1328) », Journal of Medieval History, 33, 2007, p. 60-86.

Valette, Jean-René, « Continuum lyrique et révélation dans le Miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete, in Littérales, 41, 2007 (= Littérature et révélation au Moyen Âge II. Écrire en vers, écrire en prose, une poétique de la révélation), p. 119-133.

Verdeyen, Paul, « Le procès d’inquisition contre Marguerite Porete et Guiard de Cressonessart (1309-1310) », Revue d’histoire ecclésiastique, 81, 1986, p. 47-94.

Verdeyen, « Ruusbroec’s opinion on Marguerite Porete’s orthodoxy », Studies in spirituality, 3, 1993, p. 121-129.

Watson, Nicholas, « Misrepresenting the Untranslatable: Marguerite Porete and the Mirouer des simples ames », New Comparison, 12, 1991, p. 124-137.

Watson, « Melting into God the English Way:  Deification in the Middle English Version of Marguerite Porete’s Mirouer des simples âmes anienties », in Rosalynn Voaden, ed., Prophets Abroad:  The Reception of Continental Holy Women in Late-Medieval England (D. S. Brewer, 1996, p. 19-49.

Werner, Thomas, Den Irrtum liquidieren.  Bücherverbrennungen im Mittelalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007.

EHESS
CNRS

flux rss Emma

flux rss Atelmed

flux rss Ehess-Gas

L'historien et les fantômes. Lectures (autour) de l'œuvre d'Alain Boureau

L’œuvre d’Alain Boureau, multiple et dense, se déploie sur les quarante dernières années et aborde de nombreux domaines de l’histoire médiévale, avec divers excursus hors de cette période. Elle pose d’importantes questions à la pratique historienne. Depuis les premières(...)

- Lire la suite

Atelier d'anthropologie scolastique : Questions disputées en histoire intellectuelle du Moyen Âge

Conférences post-doctorales au sein du séminaire animé par Alain Boureau, Béatrice Delaurenti et Sylvain Piron, Atelier d’anthropologie scolastique : Questions disputées en histoire intellectuelle du Moyen Âge

- Lire la suite

EHESS-GAS

96 Bd. Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 53 10 56 53

Dernière modification :
22/06/2016